Le con (finé) de la dernière pluie en Egypte

Maquette de jardin, Tombe de Meketrê, 11e dynastie vers – 20000 Metropolitan Museum of Arts (New York)

Bonsoir les amis !

Le cœur au ventre n’a jamais bien porté son titre !

Quelles nouvelles ici.

Voilà bientôt presque un mois, j’ai débuté mes conférences en ligne en prenant le sujet de l’alimentation dans l’Egypte ancienne comme prétexte, revenant ainsi vers mes premiers amours d’étudiant en égyptologie à Paris, pour tester ce nouveau mode de communication « révolutionnaire » du « live » désincarné en ces temps si improbables… J’ai ainsi organisé ma première conférence en ligne le 16 avril (la revoir en replay ici), un mois après le début du confinement, puis une deuxième le 30 avril (même chose ici) pour tenter de proposer un sujet qui changerait les idées, qui élèverait aussi pourquoi pas l’esprit, ferait en tous cas penser à autre chose… Je pense depuis très longtemps que la culture seule, sans « C » majuscule, la culture toute simple, celle que nous avons tous en nous, pourra changer ce monde, en donnant d’autres repères, d’autres points de vue, en relativisant notre présent pour mieux préparer notre avenir. Je remarque que, comme dans de tant d’autres domaines, la nouveauté ne dure qu’un instant et que, au final, le bilan est plus que mitigé pour ces deux conférences, sans être pour autant négatif.

Observant comme pas mal de monde tous les jours les sujets et propositions sur les réseaux, je commence à être un peu perplexe et inquiet pour la suite.

Aucun journaliste ami ou ennemi n’a d’ailleurs réagit comme il se doit à ces conférences « food » d’un autre temps, trop occupé à nourrir ses colonnes et surtout ses fins (faims) de mois, sans aucune idée sur le recul nécessaire en ces temps d’un autre temps, mais en collant à une actualité dictée largement par notre gouvernement. Qu’est-ce que 6000 ans d’histoire égyptienne par rapport à deux mois passés perturbés de notre pauvre existence d’Européen ou de Français ? Pas grand chose, en fait. Et pourtant…

Pour moi, et je le crois, le seul moyen de continuer à vivre dans l’altérité, dans notre monde pluriel indéfinissable et qui fait toute sa richesse, est de commencer à s’ouvrir à beaucoup de sujets. Le mien était tout petit : « Nourritures terrestres et célestes dans l’Egypte ancienne », enfin bon…

Reste donc la culture ? Je le crois, en bon historien, ancien journaliste, auteur et musicien. Celle-là nous sauvera peut-être de notre totale incurie et stupidité des temps actuels. Le croiriez-vous ? Et plutôt que de le croire, y penseriez-vous ?

Je vous propose donc de nous retrouver en direct jeudi prochain pour une dernière séance confinée-déconfinée comme aurait dit Eddie : les fruits et les légumes, comment les cuisiner au temps des Pharaons ? Alors les Végans ? Partants ?

Vous pouvez réserver cette conférence en cliquant ici sans oublier le guide là pour payer en ligne… Ben oui ! Les conférences ne se font pas toutes seules…

Bonne soirée et bonne semaine de reprise les amis pour ceusses qui reprennent !

A bientôt !

Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.