La parole et l’écrit

Bonsoir les amis du Cœur au ventre !

Cela aurait presque des allures de newsletter ce soir après trois mois de silence.

Écrire ou parler, est-ce la même chose ? Je réponds tout de suite : non !

Et pourtant, beaucoup de choses changent et changeront sur ce site depuis mon dernier post en juin.

J’ai personnellement décidé pour de multiples raisons d’arrêter mes piges de journaliste gastronomique professionnel en avril dernier (tenues depuis plus de vingt années), car le deal était devenu impossible. Je n’ai jamais supporté l’idée de ne pas être libre dans ce que l’on écrit, avec des contrôles à tous les bouts de la chaîne, sans aucune possibilité de changement d’angle ni de discours dicté par les marques. Donc exit les milliers d’auto-promotions et publi-reportages masqués, les faux-sujets d’un autres temps, quelques  » marronniers  » comme on dit dans la pauvre jargon du métier, et les pressions d’une si pauvre communication… L’accouchement a été assez long.

Je voudrais juste dire que je n’aime pas trop ce qui s’écrit aujourd’hui sur le bien-manger et cette mono attitude dangereuse, et que je je préfère ce qui ne s’écrit pas encore (à moi et à pas mal d’autres amis de l’écrire). Je développerai plus tard.

Il était temps de passer à autre chose pour moi. Je suis donc redevenu depuis le printemps dernier  » conférencier national « , encarté depuis 1998 à vie, me permettant de parler en public dans tous les grands musées. Nous sommes peu à avoir cette chance. J’ai souhaité à nouveau parler en public.

Il s’agit donc du poids de la parole contre l’écrit, ou de l’écrit contre la parole (d’où le titre de ce poste). Certes, peu de gens lisent, et encore moins sans doute entendent à défaut d’écouter. Je ne quitterai aujourd’hui ni l’un pour l’autre, mais je serai toujours aussi indépendant que je puisse l’être, c’est-à-dire moi, dans la parole et l’écrit, dans l’écrit et la parole.

Question sujets, la bouffe reste centrale pour moi.  À l’origine de ce questionnement quotidien, voici bien naturellement les jardins. Ceux-là ne m’ont jamais quitté, car comprendre l’origine des grands jardins historiques survivants, des humbles potagers aux jardins botaniques est comprendre notre monde gastronomique et alimentaire, qu’il soit gustatif, sensitif ou simplement trivial. Un sujet éminemment culturel et digne d’importance, particulièrement dans nos zones si urbanisées et déconnectées du réel. Débranchées de la vie.

Je vous proposerai donc mes conférences et visites suivantes :

Le samedi 5 octobre à 11h00 : Une autre vision du Jardin des Plantes, un des plus anciens jardins parisiens anciennement appelé « Jardin du Roy ».

Tarif : 15 €

Le samedi 9 novembre à 11h00 : Splendeurs d’automne au jardin Albert Kahn de Boulogne. Cette visite exceptionnelle s’effectue dans le cadre de la réouverture du jardin après trois ans de fermeture et de rénovation du musée.

Tarif : 15 € + prix du ticket d’entrée (tarif des entrées encore non communiqué pour les jardins du musée).

Le samedi 7 décembre à 10h30 : Nourritures terrestres et spirituelles dans l’Égypte ancienne. Ce parcours thématique au département égyptien du musée du Louvre s’effectuera dans la limite de 7 personnes, autant dire presque une visite privée par un authentique égyptologue ! Pensez à réserver à l’avance, il n’y en aura pas pour tout le monde…

Tarif : 32 € (ticket d’entrée inclus)

Mes très chers frères et très chercheurs,

Avec tout le cœur au ventre possible.

Olivier Brandily

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.