Boulanger : le premier restaurant du monde

Thomas Shotter Boys (1803-1874). « Le carrefour des rue Bailleul et Jean Tison, actuel 1er arrondissement, Paris », 1831. Paris, musée Carnavalet.

Cela faisait presque cinq ans que je recherchais l’endroit exact, en vain et sans grands espoirs, dans l’ancienne rue des Poulies, actuelle rue du Louvre. Soit, sans aucune gravure, ni trace à part de vagues commentaires reproduits à l’infini depuis le XIXe siècle sur ce que ce premier « restaurant » parisien si entreprenant, commenté par Diderot, voulait dire, il y avait peu de chance de le retrouver et de le situer à Paris, et peut-être même d’en parler ! Diderot le cite dans une lettre à Sophie Volland de 1767 : « Si j’ai pris du goût pour le restaurateur ? Vraiment, oui ; un goût infini. On y sert bien, un peu chèrement, mais à l’heure qu’on veut. ». J’en ai rêvé… Le premier restaurant du monde, le croiriez-vous ? Ce n’était pas rien. Un certain Boulanger en était le créateur en 1765. Beaucoup de rédacteurs de seconde main en avaient parlé sans jamais savoir exactement où le situer, à quelques encablures près et beaucoup d’approximations. Bien sûr, cette légende était nimbée de constellations, de beaucoup d’idées aussi : comment le restaurant était-il né, et pourquoi ici et pas ailleurs ? J’hésitais entre la rue des Poulies du côté du Louvre et la rue des Prêcheurs près des Halles, car plusieurs commentaires liaient les deux endroits pour un même établissement révolutionnaire…

J’ai enfin trouvé !

Tout cela grâce à un article signé par un certain Paul Levy publié dans The Telegraph le 6 juillet 2013 concernant une exposition de la Wallace collection. Oui ! C’est un Anglais d’aujourd’hui qui a réussi à mettre le doigt sur ce que des générations d’historiens français et parisiens n’avaient pas réussi à préciser, à partir d’une aquarelle conservée au musée Carnavalet. Le premier restaurant parisien à l’origine de tous les restaurants du monde entier avait été portraituré en 1831 par un artiste anglais, Thomas Shotter Boys (1803-1874), un artiste plutôt prolixe et élégant de l’époque romantique. Le restaurant est à gauche et un petit marmiton prend même le frais avec une fille assise sur les marches de l’entrée…

Ce document est une révolution pour moi. Une révélation en soi.

J’ai trouvé aussi ce beau commentaire assez incroyable de ce Boulanger dont nous ne connaissons plus le prénom dans un autre document de l’époque : « Boulanger habillé comme un homme de qualité, se pavanant de haut en bas devant son magasin, son épée tintant sur le trottoir et le grand cordon de certains ordres sur sa poitrine; pourtant cette charlatanerie flagrante ne lui a fermé aucune porte à la mode, car il se mêlait à toutes les meilleures personnes de son temps ». Le début d’un nouveau discours, d’une nouvelle position et d’une nouvelle relation avec l’alimentation à la fin du XVIIIe siècle ? Une époque de transition assurément !

À la table de Boulanger, ce fier à bras opportuniste qui avait bien senti le vent tourner de son époque, pas grand chose : des bouillons restaurant de viandes et de légumes, quelques œufs, des volailles au gros sel et d’autres petites choses interdites par les autres corporations de l’époque, dont les charcutiers et traiteurs du moment, sans parler des aubergistes, soit les burgers et autres sandwicheries d’aujourd’hui, avec une innovation qui aura un impact tellement fort. Boulanger avait noté sur son enseigne une inscription tirée de l’évangile : «  Venite ad me, omite qui stomacho laboratis, et ego restaurabo vos », ce qui signifie  «Venez à moi, vous dont l’estomac souffre, et je vous restaurerai ». Le restaurant a été détruit en 1854 lors du percement de la rue du Louvre. Il aura donc duré 89 ans… Enfin !

Quel restaurant dirait cela aujourd’hui ? Même Bocuse défenestré avec ses deux étoiles aujourd’hui ne l’aura fait.

4 Responses to “Boulanger : le premier restaurant du monde”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.