Art et chefs : comment en faire tout un plat !

Expo_beaux_arts_LCAV

Antoni Miralda – Dorothée Selz, Garden Cake (1970) – jouets en plastique, meringues

L‘exposition Cookbook, l’art et le processus culinaire vient à peine d’ouvrir ses portes au tout nouveau « Palais des Beaux-Arts » de Paris, ex-ENSBA, que déjà pointe comme un air de « réchauffé ». Repris à la lettre un peu partout dans la presse quotidienne et dans les grands médias, le communiqué de presse commence de manière emphatique par cette petite phrase : « La création culinaire est en passe d’être reconnue comme un art à part entière, un mode d’expression ancré dans le contemporain ». Bien, et après ? En quoi est-ce si nouveau et pourquoi en faire tout un plat ?

 

NØNE FUTBOL CLUB, Work n°076 : Stay Hungry, 2013 – caramel (taille grandeur nature)

De l’art…

Cela fait au moins dix ans, si ce n’est plus que certains journalistes, parfois autoproclamés « cuisiniers » CAP en poche ou pas, philosophes et critiques, hommes et femmes confondus (dont Gilles Stassart et plus près de nous Typhaine Campet ou Caroline Champion), passés de la sphère de l’art contemporain et de l’esthétique vers le « culinaire », en parlent, croisant et décroisant sans cesse les disciplines au risque de s’y perdre et de nous perdre avec eux… Le risque sur cette thématique très sensible est de présenter ce rapprochement comme une nouveauté en soiet de confondre « cuisine » et « gastronomie »*, l’acte culinaire étant assimilé à un art qui n’en aurait toujours pas le nom. En 1923 déjà, le Salon d’automne décernait, de manière bien éphémère, le titre de « 9e art » à la cuisine. La starification des cuisiniers par les princes de toute l’Europe depuis le Moyen Âge jusqu’à la Révolution n’est pas une nouveauté. Plus tard, Antonin Carême fut proclamé en son temps le « Palladio de la cuisine » et, plus proche de nous, Raymond Oliver baptisa son émission télévisée culte diffusée entre 1954 et 1968 du titre évocateur Art et magie de la cuisine. 

 

Tout nouveau, tout beau

40 ans ont passés depuis l’arrivée de la Nouvelle cuisine, titre fort bien choisi à l’époque, mais complètement vidé de son sens depuis. En fait de nouveauté, le cuisinier avant-gardiste s’invente dès Louis XV avec Le cuisinier moderne, ouvrage paru en 1735 et signé par le génial Vincent La Chapelle… En 1913, le chef germanopratin Jules Maincave écrit : « Le palais humain, destiné aux plaisirs raffinés de la table, est devenu une poubelle. Nous attendons encore un mets vraiment nouveau. Les plats défilent sur les tables honteusement fardées ; seules changent les ridicules et prétentieuses appellations sous lesquelles on les sert ». Dire qu’un chef est un artiste n’est pas faux, mais qu’il a-t-il à y gagner ? Un chef, comme un artiste, est-il tellement en quête de statut et de reconnaissance sociale et culturelle ? En quoi les collages d’Alain Passard, les dessins préparatoires d’un Michel Bras sont-ils comparables à une sculpture ou une action de Spoerri, ou un mobile de Calder ? Faut-il mettre l’art contemporain et la cuisine à toutes les sauces ? Autant de questions non résolues pour cette exposition dont le billet d’entrée est fixé à 7,50 € ! Mais si vous avez des idées…

 

*À lire : Évelyne Cohen, Julia Csergo, L’artification du culinaire, revue Sociétés et représentation n° 34, Publications de la Sorbonne, janvier 2013.

Chefs représentés : Ferran Adria, Antoni Aduriz, Inaki Aizpitarte, Massimiliano Alajmo, Yannick Alleno, Eneko Atxa, Massimo Bottura, Michel Bras, Alexandre Gauthier, Bertrand Grebaut, Rodolfo Guzman, Daniel Humm, Virginio Martinez, Magnus Nilsson, Paul Pairet, Alain Passard, Daniel Patterson, René Redzepi, Davide Scabin, Michel Troisgros. 


« Cookbook, l’art et le processus culinaire »

Exposition du 18 octobre au 09 janvier 2014


Palais des Beaux‐Arts

13, quai Malaquais, 75006 Paris


Ouverture du mardi au dimanche de 13h à 19h

Prix du billet : 7,5 € ‐ gratuit pour les moins de 18 ans

M° : Saint‐Germain‐des‐Prés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *