Louis-Albert de Broglie : cultivons notre jardin !

De_Broglie_LCAV1

Difficile de classer Louis-Albert de Broglie ! Cet ancien banquier à la personnalité forte, au sens relationnel aigu, grand charmeur, n’arrête pas de lancer de nouveaux projets, tous plus féconds les uns que les autres. Après avoir acheté en 1992 le château de la Bourdaisière à Montlouis-sur-Loire (Indre-et-Loire), il se lance dans la défense du patrimoine végétal et des valeurs pédagogiques liées à la nature.

La_bourdaisiere_jus_de_tomate_LCAV

Réconfortant jus de tomate servi au château.

Le Prince jardinier crée sous son nom sa propre marque en 1995, dessine un potager conservatoire de la tomate labellisé l’année suivante par le très sérieux CCVS (N.D.A. : Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées). Ce potager-conservatoire regroupe aujourd’hui 657 variétés de tomates sur les plus de 10 000 variétés répertoriées dans le monde. Inventif, ingénieux, le Prince jardinier ? Tout cela et un peu plus… Le « bar à tomates » est lancé dans la foulée permettant aux visiteurs de goûter sur place les récoltes, un verger planté rempli de plus de 80 arbres fruitiers. En 2001, il rachète la maison Deyrolle, connue depuis 1831 par tous les petits écoliers de France pour ses planches pédagogiques et lance « Deyrolle pour l’Avenir » en 2007. Année suivante, année noire : le 1er février, le cabinet de curiosité Deyrolle situé rue du Bac à Paris et regroupant une vaste collection d’animaux naturalisés disparaît dans les flammes… Qu’à cela ne tienne ! Louis-Albert a de la ressource. Il rebondit en vendant une partie des collections brûlées et relookées par de grands noms de l’art contemporain lors d’une vente retentissante organisée par Christie’s au Musée de la Chasse et de la Nature. En 2009, retour à la Bourdaisière : il complète le potager par un dahliacolor, en cours de labellisation par le CCVS, fort de ses 5000 pieds. En 2010, Deyrolle reçoit la prestigieuse mention d’« entreprise du patrimoine vivant ».

De_Broglie_LCAV3

Saviez-vous que le dahlia est considéré comme une plante rurale potagère dont les tubercules sont comestibles ? 

La_bourdaisiere_ferme_LCAV

La ferme expérimentale en permaculture à la Bourdaisière

Il y a tout juste un an, Louis-Albert de Broglie va encore plus loin dans sa volonté pédagogique en implantant une ferme expérimentale à la Bourdaisière. En vrai physiocrate, Louis-Albert de Broglie rejoint dans son projet le réseau Fermes d’avenir, une association à but non lucratif ayant pour but de développer sur notre territoire la permaculture, dont un des modèles du genre reste l’exploitation maraîchère biologique du Bec-Hellouin.

« Suivi par un comité scientifique, cette ferme d’un hectare devrait à terme pouvoir nourrir 300 personnes pendant un an. La permaculture ou agriculture permanente est la recherche d’un rapport harmonieux avec la nature, sans intrants (N.D.A. : les intrants sont les engrais, produits phytosanitaires, semences, mais aussi le matériel et les équipements utilisés dans l’agriculture intensive moderne) et le strict nécessaire en mécanisation, matériel agricole et en énergie. Elle fut inventée au Japon dans les années 1980 par un certain Masanobu Fukuoka qui travaillait sur les rizières. Ce dernier a cherché à comprendre comment développer un système de culture naturelle ou «  sauvage »… Dans les forêts ou les prairies naturelles, l’homme n’a pas besoin d’intervenir chaque année pour leur croissance, alors que dans la monoculture intensive, les intrants, mais aussi les coûts en énergie et main d’œuvre sont considérables ».

Après seulement cinq mois de mise en cultures, le Prince jardinier peut être satisfait.

« Nous avons diversifié les cultures pour éviter les maladies, partant du principe que plus vous avez de cultures, plus les plantes sont résistantes… La culture en buttes propre à la permaculture, qui consiste à enfouir sous des buttes de terre du bois mort, donne d’excellents résultats dans la production de cucurbitacées, notamment courgettes et concombres, mais aussi aubergines, céleri, choux, poireaux, persil… Tous ces produits sont ensuite vendus directement à la ferme, mais aussi au marché bio de Montlouis-sur-Loire et à la maison de retraite du coin. Inutile de préciser que je suis bien sûr locavore ! Au fait, je vous ai montré mes cochons ? ».

Et si, avec tout cela et dans le sillage de Louis-Albert de Broglie, nous, les « NIMA », les « non-issus du monde agricole », commencions un peu à… cultiver notre jardin ? M’est avis que le jeu en vaut peut-être la chandelle et que nous devrions tout simplement… en prendre de la graine.

De_Broglie_LCAV2


  • Un lieu

La_bourdaisiere_LCAV

Château de la Bourdaisière

Conservatoire de la tomate / Dahliacolor / Festival de la tomate et des saveurs le deuxième week-end de septembre

37270 Montlouis-sur-Loire

Tél. : (33)2 47 45 16 31

  • Un livre

Tomates de Broglie056

Louis-Albert de Broglie, Les tomates du Prince jardinier – 650 variétés et leurs recettes, Michel Lafon, 2012.

Prix : 25 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *