Jean Patou, le dandy au cocktail

 

À l’occasion du centenaire de sa création, la maison de parfums Jean Patou a participé à la 18édition des Trophées internationaux des calvados Nouvelle Vogue, un concours mondial organisé autour de cocktails réalisés à base de calvados par près de 70 barmen, professionnels ou en formation d’école hôtelière, sans parler des journalistes. Nous aurions dû en être, mais… ! Nous avions même une recette qui sera bientôt dévoilée ici, promis ! 

 

C’est en 1923 que Jean Patou, grand séducteur et créateur de mode spécialisé dans le sportwear, très en avance sur son temps, lance sa gamme de parfums. La crise de 1929 le décide à réagir et à promouvoir un parfum qui fera date pour longtemps : Joy, un mélange extrêmement moderne signé du parfumeur Henri Almeras, un des plus chers aussi avec ses quelques 10 600 fleurs de jasmin et ses 300 roses pour seulement 30 ml ! Grand seigneur, il l’expédie à 250 de ses meilleures clientes américaines qui ne peuvent plus se payer le luxe du transatlantique jusqu’à Paris via Le Havre… Chose étonnante, à la même époque se développe outre-Atlantique l’art du cocktail. Sa consécration survient pendant la Prohibition aux États-Unis (1919-1933). L’ajout d’une autre boisson permet alors de masquer le goût d’un alcool de contrebande de mauvaise qualité… Y a-t-il le moindre hasard entre ces deux phénomènes de mode ? Mais au fait, Jean Patou aimait-il les cocktails ?

 
Le barman Alain Gabriel, grand vainqueur du Prix Jean Patou avec son cocktail  » Kristin Scott Thomas « .
Thomas Fontaine, le nez « maison » de chez Patou.

« J’ai tout de suite été séduit par la proposition de l’interprofession du Calvados, indique Bruno Cottard, Vice-Président de Jean Patou France. Le Calvados est pour moi une eau-de-vie nette et sincère, qui partage avec nous une quête perpétuelle de qualité. Son interprétation en cocktails fait la part belle à la création. N’est-ce pas là aussi une démarche artistique ? ». En ce lundi 7 avril, Bruno Cottard, Thomas Fontaine, créateur parfumeur de la maison Jean Patou après Henri Alméras, Henri Giboulet, Jean Kerléo et Jean-Michel Duriez – et Emmanuelle Polle, biographe du grand couturier parfumeur, ont donc observé, goûté et récompensé le cocktail représentant le mieux l’esprit « Patou »

 
 

Le Kristin Scott Thomas créé par Alain Gabriel, barman au Cyclamen au Havre, a séduit ce jury d’exception avec ses notes parfumées de pêche, qui rappelle le côté fruité du parfum Que sais-je ?

 

Kristin Scott Thomas

Long drink réalisé au verre

  • 4,5 cl de Calvados
  • 5 cl de thé glacé pétillant à la pêche
  • 2 cl de sirop de fruits de la passion
  • 0,5 cl de sirop de thé pêche
  • Quelques gouttes d’Angostura bitter (amère concentré)
  • Une petite pierre de sucre
 

« Pour cette actrice franco-britannique, je voulais un assemblage avec le thé, en référence à son pays d’origine, et j’ai aussi essayé de jouer avec les essences de parfums avec la rose, le twist d’orange et le citron. Le sirop de passion, c’est pour sa passion du cinéma » témoigne Alain Gabriel. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *