Que du bol !

Le sujet pourrait paraître léger voire anecdotique… Il n’en est rien ! Le bol ou « bowl » en anglais est effectivement un des éléments de vaisselle et des arts de la table qui fait sa grande apparition. Un succès qui n’est apparemment pas prêt de s’arrêter… En à peine quelques années, l’usage du bol est devenu une vraie tendance internationale qui commence à déclasser nos désormais bien classiques assiettes de service occidentales. « L’influence des pays asiatiques paraît assez évident » déclare Sylvie Amar, influente designer gastronomique, créatrice de marques et adepte du concept de « design global » en son studio parisien situé à quelques encablures des Halles. « Japonais, Coréens et Chinois ont cette habitude depuis des siècles et il n’est pas étonnant que cette nouvelle mode nous touche aujourd’hui ». Et le bol, Sylvie Amar a eu déjà l’occasion de le magnifier à de multiples reprises notamment en 2013 lors de sa création remarquable de bols modulables et plastiques en étain pour la maison japonaise Nousaku (voir photo ci-dessus).

Bowl food mania

Les professionnels l’ont bien compris : des artisans à la GMS, les salades composées « détox », gourmandes et variées, végétariennes ou non, à base de céréales, de légumineuses et de légumes crus ou cuits ont la cote. Leur présentation en bol en font des repas équilibrés complets qui plaisent à une population citadine pressée, mais sensible à son alimentation. La petite taille des ingrédients ne nécessite que l’usage d’une fourchette ou d’une cuillère, sans couteau, et permet de se sustenter tout en continuant de travailler par exemple sur le bord d’une table… Quoi de mieux ? Du petit-déjeuner au repas du soir, le bol est en train de s’inscrire dans notre quotidien et les foodistas du monde entier ne jurent désormais que par lui. « Smoothie bowl » du matin avec des fruits mixés mélangés à des graines ou des flocons d’avoine, des baies ou d’autres « super-aliments », soupe de nouilles chinoise ou bo bun vietnamien du midi, « bowl cake » au goûter et « poke bowl » hawaïen à base de poisson cru ( le dernier né à la mode américaine) du soir, le bol n’est-il pas en train de conditionner nos habitudes de manière durable ?

« Le bol a un côté réconfortant et en tant que récipient, il s’adapte à tous les usages, de l’entrée au dessert. »

 

Une forme populaire

Sylvie Amar.

« Le bol est un objet éminemment féminin d’après moi. C’est aussi un récipient assez générationnel qui touche plus les jeunes. Je le constate lorsque je propose le choix de leur vaisselle aux invités à l’occasion. Personnellement, je mange le midi dans un bol avec des baguettes pour manger plus lentement et prendre mon temps ! Je vais être plus satisfaite de manger avec un gros bol unique ou plusieurs bols de plus petite taille que dans une assiette. Le bol a un côté réconfortant et en tant que récipient, il s’adapte à tous les usages, de l’entrée au dessert » remarque Sylvie Amar. Les portions sont également mieux définies et les présentations moins sophistiquées que pour les dressages sur l’assiette. « Les Coréens et les Japonais dressent leurs bols, alors que nous avons tendance à juxtaposer simplement les aliments pêle-mêle » précise Sylvie Amar. « J’ai remarqué la même tendance avec les tasses avec anses qui ont une forte connotation sociale. En tant que récipient simplissime, le bol supprime les conventions ou représentations sociales liées à l’assiette, aux couverts et aux autres éléments du service très codé dans nos pays occidentaux et particulièrement en France ».

Piquer, manger ou boire… en même temps !

Inventée en 2001, la fourchette-cuillère Georgette fait son entrée en 2016 dans les cuisines de l’Elysée après avoir été découverte par son chef Guillaume Gomez. Un must pour les couverts à… bol !

Sur nos tables, le bol a donc tendance à casser les codes et s’adresse à tous. Son universalité et la multitude de ses usages, allant de la présentation d’aliments liquides, soupes ou veloutés, aux aliments solides, salades, mousses ou petites portions de viandes ou de poissons, jusqu’aux desserts, crèmes, entremets ou salades de fruits en font un élément de vaisselle décidément bien prometteur ! Suivant sa taille, on peut le l’utiliser pour de simples bouchées à des portions individuelles de repas complets. Si dans la tradition asiatique les baguettes sont l’instrument idéal pour manger dans un bol depuis au moins 3000 ans, en Occident, d’autres ustensiles peuvent s’adapter à ce nouveau contenant. « La fourchette-cuillère Georgette créée dans les années 1990 s’adapte très bien à la dégustation au bol, car elle permet de piquer, de manger ou de boire avec un seul accessoire » conseille Sylvie Amar. Si les Asiatiques ont l’habitude de boire directement leur soupe de nouilles à même leur bol, en Occident les habitudes font que les convives ne sont pas encore prêts semble-t-il à ce genre d’expérience… « La seule exception peut-être dans l’histoire des arts de la table est sans doute le bol à bouillon agrémenté de deux anses qui autorise que l’on puise boire directement à même le bol. S’il se justifie en entrée pour les soupes et les potages, aujourd’hui certains n’hésitent pas à le détourner pour s’en servir en présentation de desserts ». Pour les matériaux, en Asie, la porcelaine est encore d’actualité, mais elle tend à être détrônée par la mélamine meilleur marché et bien entendu moins fragile. Les matériaux écologiques et recyclables en coco, bambou ou feuilles de palmier pour ne citer que les plus répandus sont aussi à privilégier. Depuis à peine quelques années, le grès refait son grand retour dans la restauration après plus de quarante ans d’absence… « La porcelaine commence a être un peu désuète. Le grès ou la faïence permet aujourd’hui aux restaurateurs de se démarquer et de se distinguer » remarque Sylvie Amar. « Plus épais, le grès est aussi un bon isolant thermique qui empêche de se brûler par rapport à la porcelaine et aux autres matériaux plus conducteurs ».


Sylvie Amar Studio

25, rue Coquillière

75001 Paris

Tél : 01 40 26 90 52

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.