La sculpture a du goût : l’expo parisienne de Patrick Roger

Patrick-roger-sculpture7LCA

Lionnes, 2014, bronze.

Ce sera décidément une année à marquer d’une pierre blanche pour Patrick Roger, le fou sculptant qui aime le (chocolat)… noir. Présent à la 4e Biennale de Montreux en Suisse cet été avec sa « Molaire » (2014) (voir photo ci-dessous), une œuvre monumentale en aluminium planant au-dessus des eaux du Lac Léman , à la réouverture du musée Rodin le mois dernier, le voici faisant cavalier seul pour la première fois dans une galerie parisienne. Après quinze années passées à manier, tordre, plier, dompter impétueusement le chocolat, matière plastique et vivante par excellence, Patrick a décidé de passer à la vitesse supérieure. Il expose en effet dès aujourd’hui à Paris une cinquantaine de ses sculptures durant tout ce mois de décembre à la galerie Nikki Diana Marquardt dans le Marais.

Patrick-roger-sculpture6LCA

Molaire, 2015, aluminium.

Ses sculptures monumentales tout chocolat ou métalliques, on en connaît déjà certaines, parfois visibles dans ses magasins parisiens ou bruxellois, mais on est loin d’imaginer combien ce travailleur infatigable a sorti de pièces et combien certaines atteignent des dimensions impressionnantes. Ses « oreilles d’éléphants » (2013) nécessitent par exemple presque 500 m2 à elles seules pour être exposées… sans oublier ses « Hippos » (2012), son gigantesque sapin de Noël en chocolat de 4 tonnes et de 10 m de haut détenteur d’un record Guinness en 2010 (voir photo ci-dessous). Ce qu’il y a de bien avec Patrick, c’est que l’on ne s’ennuie jamais…

Patrick_Roger_2010LCAV

L’alchimiste : du chocolat à l’argent massif !

Cela fait des années maintenant que Le cœur au ventre suit Patrick dans ses aventures sculpturales et cacaotées. En avril dernier, j’avais eu la chance de passer quelques heures avec lui dans son atelier de Sceaux et de parler ici de ses dernières créations pascales. L’artiste alors en pleine création me dévoilait son « Homard » et sa « Sagrada Familia » de chocolat. Je souriais. Je ne pensais pas un jour les retrouver en argent ! Un vrai choc personnel (voir photos ci-dessous)…

« Je travaille un peu tous les métaux, le bronze bien sûr, mais aussi l’argent, le nickel et l’aluminium. Je fais d’abord mouler en élastomère mes modèles en chocolat, avant d’utiliser la technique de la «  cire perdue « . Le procédé est assez simple : de la cire est coulée dans le moule en élastomère pour obtenir une copie de l’original en chocolat. Entourée de matériau réfractaire, cette copie de cire va servir à sortir des tirages en métal – pas plus d’un à quatre exemplaires numérotés -, selon la technique bien connue de la cire perdue. Le métal en fusion viendra prendre la place de cette cire ».

Patrick-roger-sculpture1LCA

Patrick-roger-sculpture3LCA

Patrick-roger-sculpture4LCA

Homard, 2015, argent.

Patrick-roger-sculpture2LCA

Patrick-roger-sculpture5LCA

Sagrada Familia, 2015, argent.

« La sculpture, cela reste très compliqué. En plus de mon métier de chocolatier, mon rêve de demain est d’exposer, cela est sûr. Si j’arrive à vendre un exemplaire, cela me permettra de sortir d’autres œuvres, car il faut bien admettre que la sculpture en métal n’est pas bon marché ! Aujourd’hui, des milliers de clients et de collectionneurs me reprochent de ne pas exposer plus régulièrement et de ne pas voir plus souvent mes quelque 150 œuvres… Mais je ne peux pas exposer tout ce que j’ai déjà produit… L’idéal serait pour moi d’être présent dans certains lieux entièrement dédiés à l’art comme la fondation Cartier ou même Vuitton, on peut toujours rêver ! Cela me permettrait d’avancer… » conclut Patrick, le fonceur fou de la cabosse. 100 à l’heure. Tout le temps…


Patrick-Roger-expo2015-2Une exposition

Du 10 au 31 décembre 2015

Galerie Nikki Diana Marquardt

10, rue de Turenne

75004 Paris

Patrick-roger-sculpture8LCADes événements et performances

Avec Daï, le fidel aide de camp de Patrick (photo), démonstrations tous les jours durant toute la durée de l’expo de fabrication de sapin chocolat / nougatine / fruits secs et orange confite, mais aussi une boutique éphémère où vous pourrez vous procurer les dernières créations de Patrick Roger, 3 tables rondes « carrées » avec des spécialistes du gout, des sens et de l’art, et un dîner d’exception avec le chef Jérôme Banctel le 17 décembre (sur réservation)… C’est Noël !

Patrick-roger-Livre2015Un livre

Patrick Roger, La Sculpture a du goût, Patrick Roger éditions, 268 pages

Préface Catherine Chevillot, directrice du Musée Rodin

Texte Jean-Marc Dimanche

Prix : 69 €

Plus qu’un simple catalogue, il s’agit d’un livre original et très personnel, pensé et dessiné par Patrick Roger, à la couverture rognée à vif et relié avec coutures apparentes, qui retrace près de 15 ans de sculpture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *