Gers : le bonheur est dans le Floc !*

Floc_gers_LCAVLe Floc de Gascogne, ça ne vous dit sans doute pas grand chose, à moins que vous ne soyez gersois ou du Sud-Ouest ! Petit frère du Pineau des Charentes, ce vin de liqueur à base d’armagnac et de jus de raisin est produit majoritairement dans le Gers. Nous y avons justement fait tout récemment un petit tour, invités comme membre du jury d’un concours culinaire de blogueuses émérites triées sur le volet (par nos soins !). Un réel bonheur pour nous d’être dans le jury en compagnie du chef étoilé Éric Sampietro, dans sa belle maison de La Table des Cordeliers à Condom (prononcez à votre guise), pour un beau projet qui n’a point capoté malgré le temps incertain et tout rempli de belles rencontres… 

* A consommer avec modération, comme vous le savez. 


Dans ce terroir très rural, un peu en dehors du monde et jouxtant les champs de tournesols et de maïs – aliment indispensable au gavage des canards gras, les vignes gasconnes s’étendent environ sur 20.000 hectares. Colombard, Folle Blanche, Baco, Ugni-Blanc sont les principaux cépages récoltés ici pour la confection du précieux Armagnac, tous ayant leurs caractéristiques olfactives et gustatives spécifiques. Car, comme vous le savez, le vin et l’alcool sont aussi une affaire de nez (cela se voit parfois chez certains spécialistes…)…

Armagnac millésimé 1968 du Domaine Laguille & Lahitan (Eauze) : quelle couleur et quel nez !

Après les vendanges et dégustations d’usage sous un beau soleil au charmant Domaine Laguille à Eauze, j’ai pu assembler en direct au laboratoire au château de Mons du Floc de Gascogne, en mélangeant Armagnac (1/3) et jus de raisin, rouges ou blancs (2/3) selon ce que l’on souhaite obtenir : Floc rouge, assez voire trop sucré d’après moi, ou Floc blanc, plus gouleyant quand il est servi bien frais. La production est encore très modeste puisque les vignes réservées à cette production ne totalisent que 780 hectares, et l’appellation est encore toute jeune, l’AOC ne datant que de 1990 !


C’est autour de ce produit presque confidentiel que se sont réunies quelques blogueuses (amis blogueurs culinaires mâles, où êtes-vous ?) pour imaginer la recette parfaite, sans oublier le foie gras du Gers et l’ail blanc de Lomagne, autres productions généreuses du terroir gascon. Sur 40 recettes sélectionnées et notées par nos soins, seules 5 ont été retenues et la bataille a été rude entre ces 5 finalistes, Anne (On dîne chez Nanou), Cécile (Le cri de la courgette), Mamina (Et si c’était bon…), Sandra (Cuisine Addict, un petit faible pour l’Alsace en ce qui me concerne, à gauche sur la photo ci-dessus) et Sandrine (Fraise Basilic)…

Le jury…

En compagnie du chef Éric Sampietro, avec quelques représentants des produits locaux, le comité départemental du tourisme et deux autres blogueuses culinaires membres du jury, nous nous sommes efforcés d’être impartial… Ce qui fut loin d’être facile ! Résultat : la brioche perdue au Floc de Gascogne, foie gras du Gers poêlé aux fruits secs et chutney d’abricots de Sandrine a fini par faire l’unanimité (voir photo ci-dessous)… Un petit côté bistrotier bien agréable, malgré l’épaisseur de la brioche !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *