Étoilé : la vengeance est un plat qui se mange froid…

Samuel Lejeune est un chef doué assurément. Il a travaillé, bravé ses peurs et franchi les frontières pour affronter le monde impitoyable de la téléfoodmania d’Ultimate Cook en bon sportif des casseroles. Bruxelles contre Stockholm devant des millions de spectateurs, en du direct bien réchauffé digne des plus mauvaises émissions de télé-réalité. Rien de pourra ni ne devrait l’arrêter, sauf qu’il perd devant Sung le chef asiatique inspiré et beaucoup plus stratège. Depuis, sa vie est un enfer et il ne pense qu’à ça… Trouver sa revanche ! Il l’aura en rencontrant la belle Paula Balta, fille désirable et ambitieuse d’un chef étoilé déchu. On s’y croirait presque. Caricatural ? Pas tout à fait. Nous connaissons des parcours presque identiques dans cette BD réalité plus vraie que nature…   

Né dans l’Aisne en 1977, le dessinateur et scénariste à ses heures perdues Luc Brahy a le don de nous faire croire qu’il serait presque belge. Secondé par les scénaristes Delphine Lehericey et Fanny Desmarès, il y a même ici un bel hommage à la « belgium attitude », qu’elle soit bédéistique, Bruxelles et son atomium (p.44)  étant le temple de tous les dessinateurs de BD du monde (ou presque), que gastronomique, car la gastronomie belge bien présente dans l’ouvrage est comme les tartines : on croit les connaître, mais nous y perdons notre croque-monsieur quand on les goûte à Bruxelles. Il y a donc un double hommage dans ce récit inspiré par le grand William Vance, auteur de XIII, de Bob Morane, ou par Philippe Francq dessinateur de Largo Winch. Que du très classique dans l’inspiration, mais un peu aussi japonais et manga dans l’ordonnancement des cases au début de l’ouvrage avec l’inclusion de vignettes dans les vignettes – dignes des plus grandes recettes gastronomiques à tiroirs comme on les aime.

Luc Brahy et ses comparses ont bien certainement un sens aigu de l’à-propos. Sans moquerie ni idée mesquine, leurs blogueuses (voir image ci-dessus) semblent nées  d’une réelle expérience qui nous rappelle bien des choses (nous ne ferons pas de liens pour cette fois)… Tout colle !

Quant à M. Louvain le fourbe et tout à fait réaliste critique gastronomique de service (voir image ci-dessus), il ne déparerait pas des plus mauvais guides gastronomiques du temps, empesés, fatigués de leurs excès et empressés du prochain restaurant sans plus d’explications.

Une analyse fine donc de la société gastronomique et de la société tout court. Nous attendons juste le plat de résistance…


Étoilé (tome I – Hors-d’oeuvre) par Luc Brahy, Delphine Lehericey et Fanny Desmarès, éditions Dupuis, 52 pages.

Parution : 5 janvier 2018

Prix : 14,50 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *