Monjul a les crocs quand il revient de voyage…

Monjul, une contraction énigmatique pour « Mon Julien » (Julien Agobert étant le chef), est une petite adresse branchée, assez bien coincée dans le Marais inodore et incolore,

Rossi & Co : che bello o magna !*

(*titre de cet article tiré de la chanson napolitaine « c’est merveilleux de manger », air très populaire chanté par Mario Merola)   Glace sabayon au jasmin, purée de

Mes chers « Lyonnais »

Deux semaines après mon escapade au Plaza Athénée, un des piliers de l’empire Ducasse, j’ai décidé de retourner dîner Aux Lyonnais, un « bistrot » du même Alain Duc

Alain Pramil, un autodidacte en cuisine

À une centaine de mètres de la curieuse fontaine « alchimique » du Vertbois, à l’angle de la rue Saint-Martin et de la rue du Vertbois, et à deux pas des Arts-et-Métiers,

Taxi !

Non, nous ne sommes pas à New York, mais bien à Paris, dans le cœur du quartier chinois du 3e arrondissement.